free bootstrap templates
Office de Tourisme

PATRIMOINE


Musée Honmè, Unique centre d’exercice du pouvoir royal, le palais Honmè est le symbole du royaume de Xogbonu-Ajacè. Il est situé au quartier Avassa. Majestueusement installé dans l’ancien palais de fonction des rois de Xogbonou, ce musée est un véritable joyau architectural, d’une originalité surprenante. La visite des différentes cours de l’intérieur consente de comprendre l’organisation de la société au temps de cette royauté de Porto Novo qui a marqué l’histoire du Bénin avec la signature du traité d’amitié avec la France par le Roi Toffa 1er. Nous avons le privilèges de voir dans ce musée, certains objets cultuels, d’instruments de musique, de poteries, d’«assin» (autels portatifs), de meubles et objets usuels, de photographies de membres des familles royales. Il accueille parfois des expositions temporaires. Une partie du site est préservée en tant que lieu sacré où périodiquement des cérémonies sont organisées.


Musée ethnographique, il est situé au quartier Oganla jouxtant le mur du tribunal de première instance de Porto-Novo; entre l’Assemblée Nationale et l'école urbaine centre. Avec son exposition permanente « Naître, Vivre et Mourir en République du Bénin » il montre les habitudes de vie de trois ethnies du Bénin : les Adja , les Nago et les Bètammaribé. Particulièrement intéressant est la collection des masques Guèlèdè.
Musée da Silva, situé à l'entrée de la ville, à proximité du pont de Porto-Novo, juste en face de la Bank Of Africa (BOA), ce musée privé est installé à l’interne d’une belle maison d’architecture afro-brésilienne construite en 1870. Sont intéressants aussi les bas-reliefs visibles sur les murs externes, qui raconte l’histoire de la traite négrière au Bénin.


Musée d’Adjarra, dans la Commune d’Adjarra, à quelques minutes de Porto-Novo. Il abrite une riche collection de masques africains, dont le touriste pourra découvrir le rôle culturel et cultuel.


ARCHITECTURE


Porto Novo présente un tissu urbain et un patrimoine immobilier remarquable, relevant d’un triple registre : vernaculaire, afro-brésilien et colonial. Cette richesse patrimoniale vient de la diversité de ses peuplements issus de migrations et d’installations en provenance d’Afrique de l’Ouest, du Portugal, du Brésil et de France du 17e siècle à nos jours
Les trois principaux tissus architecturaux de Porto Novo

Le tissu vernaculaire
Occupant l'est de la zone délimitée, c'est le tissu urbain le plus ancien de la ville. C'est dans ce tissu que se trouvent les palais royaux, les grands temples vodoun, l'habitat concessionnaire (lignager) des plus vieilles familles de Porto-Novo. C'est évidemment la zone de concentration du patrimoine lignager.
De conception architecturale locale, les habitations du style vernaculaire étaient le plus souvent regroupées et abritaient des personnes de la même famille (au sens large du terme). Une grande place (Sato) réservée aux cérémonies vodoun se situe à l’entrée qui donne sur une cours jonchée de d’autels de diverses divinités.

Le tissu afro-brésilien
Situé au centre-nord, c'est la zone originelle d'installation de la plupart des familles afro-brésiliennes recensées à Porto-Novo. L'héritage architectural afro-brésilien est encore d'une certaine densité dans cette zone qui témoigne d'une époque où les Afro-Brésilien ou "Aguda" jouaient un rôle majeur dans la vie économique et sociale de la colonie.
L’architecture de type afro-brésilien est ainsi localisée dans l’espace de jonction entre le noyau ancien et la zone administrative coloniale à l’ouest de la ville. C’est le modèle véhiculé par les esclaves affranchis et inspiré des constructions de type brésilien ou portugais. Les constructions sont imposantes et marquées de motifs décoratifs. La mosquée centrale de Porto-Novo est l’un des prototypes le plus représentatif de ce modèle. Il s’agit de constructions influencées par le style baroque, décorées de motifs ou de symboles appartenant à un courant de pensée pour signaler un fait vécu au Brésil. Les caractéristiques fondamentales observées dans le style architectural afro-brésilien concernent la décoration baroque des façades des maisons, le traitement de la boiserie, des portes et des fenêtres parfois agrémentées de jalousies ouvragées, l’utilisation de couleurs vives et des colonnades souvent surmontées de chapiteaux corinthiens et de porches vantaux aux formes courbes, des moulures autour des portes et fenêtres. Les matériaux utilisés pour la construction sont des briquettes en terre cuite, argile, sable, fines poudres de coquilles d’huitre, bois, raphia, poutre issue du palmier à huile. Pour polir les fenêtres et les portes, les afro-brésiliens utilisaient les feuilles du Ficus exasperata, un arbre planté six mois avant la construction.
Le tissu colonial
Il est concentré au sud-ouest de la ville : c'est la partie qu'a occupée et développée l'administration coloniale, avec un modèle architectural particulier. La plupart des services de l'Etat et les grands équipements publics (Ministère, Directions nationales ou départementales, Hôpital, stade, grands établissements scolaires, etc.) s'y trouvent encore.
L’architecture coloniale témoigne des réalisations de l’administration coloniale qui a développé un modèle architectural fonctionnel caractérisé par les galeries ouvertes permettant une climatisation naturelle. Certains services publics occupent actuellement des bâtiments : Hôpital, Bureaux et Résidence du Commandant de Cercle, Tribunal de Conciliation.
Ces trois tissus qui quelquefois se chevauchent, sont reliés ou parcourus par des axes structurants qui ont joué des rôles importants dans l’histoire de la ville de Porto-Novo.
Le premier et le plus important de ces axes est celui allant du palais des Gouverneurs à l’ouest au palais d’Eté du roi TOFFA à l’est. C’est l’actuelle rue N°20, encore appelée avenue Victor Ballot. C’est autour de cet axe qu’ont basculé les pouvoirs politique et économique, passant des mains des représentants de la royauté à ceux de l’administration coloniale, dans la première moitié du 20ème siècle.


Mobirise

Un Projet Cofinancé par LTM LAICI TERZO MONDO

Site réalisé par Kris Nelly